Construction du pont de Rosso sur le fleuve Sénégal : La Bad octroie un prêt de 27 milliards de (...)

Construction du pont de Rosso sur le fleuve Sénégal : La Bad octroie un prêt de 27 milliards de FCfa au Sénégal et à la Mauritanie

samedi 17 décembre 2016 à 19:25

La Banque africaine de développement (Bad) a décidé d’octroyer un prêt de 27 milliards de F Cfa au Sénégal et à la Mauritanie, pour la construction du pont de Rosso, sur le fleuve Sénégal, selon un communiqué reçu de l’Aps hier.

La Banque africaine de développement (Bad) a décidé d’octroyer un prêt de 9, 4 millions d’euros (plus de 6 milliards de FCfa) au Sénégal et un autre de 31, 3 millions d’euros (près de 21 milliards de FCfa) à la Mauritanie, pour la construction du pont de Rosso, sur le fleuve Sénégal. Dans un communiqué parvenu à l’Aps, la Bad précise que son conseil d’administration a approuvé ces deux crédits le 9 décembre 2016. Le pont de Rosso doit permettre de relier les deux rives du fleuve Sénégal, « frontière naturelle entre ce pays et la Mauritanie ».

La Bad rappelle que « l’absence d’un ouvrage de franchissement permanent entre les deux rives du fleuve Sénégal, constitue un handicap majeur à la mise en œuvre des politiques de développement économique et d’intégration régionale et continentale ». Elle souligne que le projet aidera à créer les conditions du développement économique de la région, « et plus largement l’essor des activités de transport routier entre l’Afrique du Nord et l’Afrique de l’Ouest ». « Ouvrage de près de 1500 mètres, le pont de Rosso remplacera les services des bacs qui relient actuellement les deux rives du fleuve Sénégal, des embarcations à la capacité limitée et avec lesquelles la traversée pouvait s’avérer périlleuse en période de crue », explique la Banque. Elle rappelle que « l’absence de pont était source de retards, et représentait un coût conséquent pour les voyageurs et les transporteurs ».

Le projet comprend également « la construction et l’équipement de postes de contrôle juxtaposés », ce qui permettra « d’effectuer les formalités douanières des deux pays dans un seul et même lieu ».

« Le projet va accélérer le développement des activités de transport le long des corridors transafricains Tanger –Lagos et Alger –Dakar, et plus globalement entre l’Europe et l’Afrique subsaharienne », a expliqué Ali Ismaël Mohamed, économiste des transports de la Bad, en charge du projet. Il a estimé, par ailleurs, que « le trafic de véhicules sur cet axe devrait plus que tripler d’ici à 2025 ». L’ensemble de la région devrait connaître une forte croissance d’activités commerciales, d’autant que la construction du pont sera complétée par l’aménagement de plus de 60 kilomètres de pistes rurales, favorisant la desserte des zones agricoles.
Pour les deux pays, ces régions sont les principales productrices de riz et les performances de leur secteur agricole constituent un important enjeu de sécurité alimentaire. Le projet favorisera aussi l’amélioration des conditions de vie des populations. Il est, en effet, prévu « une série d’aménagements connexes, telles que la réhabilitation de 7 écoles et de 3 postes de santé, la mise en place d’un réseau d’alimentation en eau potable dans les 2 villes jumelles de Rosso ». La mise en place de réseaux d’assainissement côté mauritanien et la construction et l’équipement d’un complexe social pour les jeunes en réinsertion, les femmes et les handicapés sont les autres actions envisagées. « D’un montant total de 87,6 millions d’euros, le projet est cofinancé par les gouvernements mauritaniens et sénégalais, ainsi que par la Banque européenne d’Investissement et l’Union européenne », poursuit la source.

APS


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2017 MauriMedia. Tous droits réservés.