Contre les caricatures sur Cheikh Ahmadou Bamba M'backé : Haro sur Jeune (...)

Contre les caricatures sur Cheikh Ahmadou Bamba M’backé : Haro sur Jeune Afrique

dimanche 31 janvier 2016 à 16:48

Une histoire inédite, expression d’un militantisme religieux et citoyen de la marche contre la stigmatisation et les attaques contre l’Islam et ses symboles. Ils ont été des milliers à la suivre pas à pas de la place de l’Obélisque jusqu’à la mosquée Massalikoul Djininane où tous les marcheurs musulmans fiers de leur foi en Mohamed (PSL) et en Dieu ont fait leur entrée triomphale contre les blasphématoires caricatures sur le fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba. Parce que justement ce dernier n’est pas n’importe qui dans la conscience mouride et … musulmane.

L’exaspération contre Jeune Afrique et tout autre personne s’attaquant à l’Islam et à ses fondamentaux était perceptible pour dire non, non et encore non contre cette ignominie sous le fallacieux prétexte de la liberté de la presse. Cette liberté doit reposer d’abord sur la question du respect de la dignité, de la culture et de la foi de l’autre en termes concrets, sur le vécu.

L’excuse est trop facile, comme l’a si bien dit Mbackiou Faye. Parce que le mal est déjà fait. Loin d’être improductive, la révolte de cet après-midi du 30 janvier 2016 pose en vérité le combat farouche à opposer à ces actes de la logique infernale de stigmatisation de l’Islam.

Nous rappelons à Jeune Afrique et par de-là, à tous les journaux qui s’amusent à tenir la religion musulmane, qu’il n’est de liberté sans le respect de l’autre. Le Sénégal quelle que soit la grandeur de sa démocratie qui a été construite pierre après pierre depuis plusieurs décennies, a ses références essentielles et existentielles qui sont, nous y croyons fermement, génératrices de perspective d’un avenir meilleur. Parce que notre présent trouve son sens en nos figures historiques comme Cheikh Ahmadou Bamba, El Hadji Oumar Tall, El Hadji Malick Sy, Baye Niasse, etc. qui nous ont inculqué et mis en route cette volonté de vivre ensemble qui ont comme source les valeurs fondamentales de l’Islam.

Un héritage que nous autres musulmans, sénégalais et africains gardons au plus profond de nous-même pour l’actualiser, l’enrichir, en le mettant à la hauteur des formidables défis actuels qui nous assaillent en développant notre génie propre, loin de l’homosexualité et autres comportements liberticides.

Ce n’est donc pas étonnant que la place de l’Obélisque soit prise d’assaut dès les premières heures de l’après-midi par des milliers de personnes qui dans une discipline parfaite entonnaient les Xassaïde pour protester vigoureusement contre les caricatures de Cheikh Ahmadou Bamba de Jeune Afrique pour illustrer un article sur le sac « efféminé » du chanteur Waly Ballago Seck.

Un parallélisme qui ne saurait avoir aucun justificatif encore moins de justification. Le mot d’ordre aura été le même pour une prise de mesures fortes et drastiques pour sauver l’honneur de l’Islam et de la figure historique du Sénégal qu’est Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké.

Source : DakarActu (Sénégal)


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2017 MauriMedia. Tous droits réservés.