En Mauritanie, Jean-Marc Ayrault tente d'apaiser les tensions

En Mauritanie, Jean-Marc Ayrault tente d’apaiser les tensions

vendredi 7 avril 2017 à 11:04

Le ministre francais des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a été reçu ce jeudi 6 avril à Nouakchott par le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz. Cette visite est la première de la diplomatie française depuis 2013. L’un de ses objectifs était de réchauffer les relations entre les deux pays.

C’est un discours d’apaisement que Jean-Marc Ayrault a voulu tenir après sa rencontre avec Mohamed Ould Abdel Aziz. « J’ai écouté les conseils du président mauritanien sur les questions de la région et surtout en ce qui concerne le Mali et la Libye », a précisé le chef de la diplomatie française, qui a transmis au chef de l’Etat mauritanien une invitation à venir en France et rencontrer son homologue dans les tout prochains jours. Même si les Français s’approchent à grands pas de la fin du quinquennat de François Hollande.

La diplomatie française espère bien tourner la page des divergences entre la France et la Mauritanie. Les relations se sont en effet progressivement crispées depuis 2013. Notamment sur la question des droits de l’homme, mais pas seulement. Il y a eu le refus des Mauritaniens de déployer 3000 de leurs soldats à Gao lors de l’opération Serval.

Il y a eu ensuite la décision de François Hollande de renoncer à une visite en Mauritanie après l’avoir promise à son homologue mauritanien. « C’est un mécontentement silencieux qui a dominé les relations entre la France et la Mauritanie depuis plusieurs années », estime un analyste à Nouakchott.

Après la Mauritanie Ayrault fera un déplacement commun avec son homologue allemand au Mali.

Source : RFI


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2017 MauriMedia. Tous droits réservés.