Fer de Mauritanie : la production triplée en 2025

Fer de Mauritanie : la production triplée en 2025

mardi 14 octobre 2014 à 08:22

Mohamed Abdallahi Ould Oudaa, directeur de la Société nationale industrielle et minière (Snim), a donné cette information à l’occasion d’une conférence à Nouakchott sur les secteurs minier et pétrolier du pays. Baptisée Mauritanides, elle a regroupé, courant octobre, de nombreux investisseurs nationaux et étrangers. « Notre production en minerai de fer passera à 40 millions de tonnes en 2025 », a-t-il déclaré à l’ouverture de ce forum. Précisons que la Mauritanie produit actuellement 12 millions de minerai de fer.

Cette hausse sera réalisée notamment grâce à la mise en valeur de nouveaux gisements pour des réserves globales estimées à 1,2 milliard de tonnes, selon M. Ould Oudaa. L’annonce de la Snim fait suite entre autres à la découverte et au lancement de la mise en valeur d’un nouveau gisement de fer situé à Tizerghaf, près de Zouerate (Nord) dont les capacités commerciales sont évaluées à 830 millions de tonnes de fer.

Cinq milliards de dollars sur 10 ans

L’opération exigera la mobilisation d’un financement de 5 milliards de dollars (près de 4 milliards d’euros) sur les 10 années à venir, d’après des responsables de la société. Par ailleurs, la Mauritanie continuera de produire du pétrole jusqu’en 2017 dans le champ offshore de Chinguity, à 70 kilomètres à l’ouest de Nouakchott, a indiqué le ministre du Pétrole, Mohamed Ould Khouna, lors de la même conférence. Selon lui, en 2013, la production de pétrole « a dépassé les 2 millions de barils avec des entrées de 35 millions de dollars (plus de 27,7 millions d’euros) au profit du Trésor public ». La Mauritanie, vaste pays désertique de 3,8 millions d’habitants bordant l’océan Atlantique, a rejoint le club des producteurs de pétrole début 2006.

Un gisement de pétrole estimé à 950 millions de barils avait été découvert dans l’océan Atlantique et exploité par la société australienne Woodside. La production n’avait jamais pu atteindre son objectif en raison de problèmes techniques, commençant à près de 30 000 barils par jour et chutant à moins de 8 000 barils par jour dès 2007, un an après le lancement de sa production. Les mines constituent le principal secteur d’exportation de la Mauritanie et le premier employeur national après l’État.

Source : Le Point Afrique + AFP


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2017 MauriMedia. Tous droits réservés.