L'ambassadeur du Sénégal en Mauritanie : Nous continuerons à demander des conditions moins (...)

L’ambassadeur du Sénégal en Mauritanie : Nous continuerons à demander des conditions moins contraignantes pour l’obtention de la carte de séjour

vendredi 15 juin 2012 à 15:55

La Mauritanie a revu les conditionnalités requises (en faveur des Gambiens, Maliens et Sénégalais) pour l’obtention de la carte de séjour exigée à tout étranger vivant sur son sol même si la caution de 30 000 ouguiyas reste inchangée. Ce que le collectif des ambassadeurs de pays voisins considère comme « une avancée significative » eu égard aux nombreux éléments constitutifs du dossier à fournir. Pour en avoir le cœur net sur la démarche du collectif des ambassadeurs du Mali, de la Gambie et du Sénégal, nous avons rencontré Son excellence Mamadou Kane, ambassadeur du Sénégal en Mauritanie qui a bien voulu se prêter à nos questions.

La Mauritanie vient d’accorder une faveur concernant les éléments constitutifs pour l’obtention de la carte de séjour. Est-ce qu’on peut dire que ce sont vos démarches avec vos collègues malien et gambien qui ont abouti à ce résultat ?
Cela n’a pas été facile d’autant plus qu’il y avait énormément de confusions, parce que tout simplement les informations étaient mal diffusées et cela a donné lieu à des actes d’incompréhension. Disons qu’entre la première note parvenue le 13 mai 2012 et la deuxième que nous venons de recevoir, il y a quand même eu des avancées significatives, suite à des démarches que le collectif des ambassadeurs des pays voisins de la Mauritanie accrédités et résidant à Nouakchott a eu à entreprendre auprès des autorités. Cela a abouti à la revue des conditionnalités qui ont été jugées trop contraignantes par nos compatriotes, notamment la documentation à fournir pour l’obtention de cette carte. Ainsi les autorités mauritaniennes, dans leur générosité, ont voulu accéder à notre demande de revoir les pièces à fournir pour l’obtention de ce document. Ainsi en lieu et place du contrat de travail, le registre de commerce, le contrat de bail ou encore la facture d’électricité ou de la Snde, on ne demande plus que la pièce d’identité et les 30 000 ouguiyas.
Nous pensons que c’est une avancée significative. Même si, par ailleurs, nous souhaitons que les autorités fassent un effort supplémentaire en ce qui concerne le prix que nous voudrions voir baisser pour le rendre accessible à la majorité de nos compatriotes maliens, gambiens et sénégalais installés ici et qui, pour la plupart, ont des revenus modestes et même très faibles. Parce qu’on se demande comment un ouvrier avec un Smig de 30 000 ouguiyas peut se procurer la carte pour lui-même, son épouse et ses enfants pour ceux qui en ont. Nous considérons que c’est trop lui demander. C’est la raison pour laquelle nous allons continuer à nous concerter et demander aux autorités mauritaniennes de faire encore une fois un effort pour que nos compatriotes puissent obtenir cette carte dans des conditions moins contraignantes et moins draconiennes.

Justement quelles sont les conditionnalités pour les en­fants mineurs ?
Oui, pour ce qui est des mineurs, nous avons introduit une doléance qui devrait les dispenser de la carte. Parce que ces enfants sont à la charge des parents qui n’ont pas de revenus importants. Mais au-delà des enfants mineurs il faudrait penser également aux étudiants, aux élèves des mahadras (à l’intérieur, Ndlr) qui n’ont pas de revenus ou sont venus pour un ou deux ans parfaire leur connaissance. Parce que la Mauritanie a une bonne réputation dans ce domaine de l’éducation notamment coranique et celle-ci ne date pas de maintenant. Elle trouve ses origines dans les profondeurs de notre histoire commune.
Ces enfants n’ayant pas de moyens, qu’on ne les décourage pas pour venir ou rester en Mauritanie et acquérir cette connaissance dont ils ont besoin pour notre Islam. C’est pourquoi nous allons toujours demander aux autorités mauritaniennes de tenir compte de ces faits et justement de les dispenser du paiement pour l’obtention de la carte de séjour. C’est une doléance que nous avons posée aux autorités compétentes et nous espérons obtenir gain de cause.

Vous avez rencontré récemment le président de l’As­sem­blée nationale en ce sens. Qu’en est-il exactement ?
Comme j’ai eu à le dire à la communauté, dans les démarches que nous avons initiées dans le cadre du maintien des bonnes relations qui ont toujours existé entre la Mauritanie et ses voisins, nous avons décidé de rencontrer un certain nombre de personnalités, de chefs d’institution comme le président de l’Assemblée nationale, Messaoud Ould Boulkheir, qui a eu l’amabilité de nous recevoir et de nous écouter. Nous lui avons posé le problème en entier et nous lui avons dit que la carte posait un certain nombre d’inquiétudes pour nos concitoyens et que c’était une préoccupation pour nous ambassadeurs des pays voisins.
Après nous avoir bien écoutés, le Président Messaoud nous a promis fermement d’être notre interprète auprès des hautes autorités et notre avocat pour défendre les idées pertinentes que nous avons développées et qui étaient de nature à maintenir les relations fraternelles et amicales entre la Mau­ritanie et ses voisins. Il a promis de saisir la première occasion pour sensibiliser les autorités compétentes. Peut-être arrivera-t-il à les convaincre et les inciter à accéder à nos doléances. Nous le souhaitons vivement, en tout cas.

Y a-t-il d’autres autorités que vous envisagez de rencontrer dans cette perspective ?
Oui, après le président de l’Assem­blée nationale, d’autres personnalités seront sensibilisées à notre cause. Nous allons continuer ce travail jusqu’à la satisfaction de nos doléances qui encore une fois, ne visent qu’un seul but : faire en sorte que les peuples de la sous-région, qui sont unis par l’histoire et la géographie, continuent à cohabiter dans la paix, la bonne entente et l’harmonie sans lesquelles on ne peut prétendre au développement économique et social. C’est pourquoi, nous envisageons de rencontrer, après le président de l’Assemblée nationale, le président du Sénat, le Premier ministre et, pourquoi pas le président de la République, en vue de parvenir à une issue heureuse à cette situation.
Nous ne cesserons donc de travailler pour le renforcement des relations qui lient nos pays respectifs.

Il y a quelque temps, vos compatriotes ont organisé des manifestations de protestation contre cette décision souveraine d’instauration de la carte de résidence qu’ils jugeaient trop cher pour leurs revenus. Cer­tains vous accusaient d’être l’instigateur de ces manifs. Que leur répondez-vous ?
Justement. Ce n’était pas l’effet recherché, mais comme j’ai eu à le dire, ces manifestations auraient pu être organisées ailleurs qu’ici. Ce sont des manifestations organisées par des personnes malintentionnées qui voulaient nuire à l’ambassade, qui n’a pourtant fait que son travail. Parce que, dès que la note officielle nous a été adressée, j’ai convoqué les responsables de la communauté pour les en informer et leur demander d’en assurer la plus large diffusion possible auprès des masses.
En même temps, l’Ambassade a saisi les autorités de Dakar pour leur communiquer la décision souveraine d’instaurer une carte de séjour pour tous les étrangers vivant sur son sol sans exception que venait de prendre la Mau­ri­tanie en toute souveraineté. Je ne peux pas comprendre à partir de ce moment que des Séné­galais aient cru devoir organiser des manifestations devant l’Am­bas­sade aux fins de faire pression sur les autorités mauritaniennes afin qu’elles reviennent sur cette décision. C’était mal venu pour nos compatriotes d’avoir un tel comportement.
Ce qu’on pourrait encourager, c’est la concertation avec les autorités mauritaniennes, afin de les amener à adoucir les conditions qui sont très contraignantes pour les demandeurs. L’essentiel, c’était de fournir des arguments convaincants par rapport à cette situation et de les amener à accéder à nos doléances afin que la carte soit accessible à tout le monde, quels que soient ses revenus.
C’est le lieu de rappeler que si cela ne tenait qu’aux nouvelles autorités sénégalaises et à l’Ambassade, les Sénégalais émigrés en Mauritanie auraient les meilleurs traitements possibles. Ceci est tellement vrai que c’est à eux que le nouveau ministre des Affaires étrangères et des Séné­galais de l’Extérieur, Son Excellence Alioune Badara Cissé, a consacré sa première sortie officielle moins d’une semaine après sa prise de fonction.
Lors de cette visite mémorable, il a tenu à rencontrer dès son arrivée la communauté à Nouakchott avant de se rendre le lendemain, par la route, à Nouadhibou pour apporter à nos compatriotes traumatisés par les évènements du 4 avril toute la compassion et toute la sympathie du chef de l’Etat, le Président Macky Sall, de son gouvernement et du Peuple sénégalais, et les assurer de leur soutien indéfectible. Pouvait-on avoir une meilleure preuve d’attachement et d’affection pour ses compatriotes ? Aussi, voudrais-je saisir l’opportunité de cet entretien pour les inviter au calme et à la sérénité et d’éviter de se laisser manipuler par des individus aux desseins ina­voua­bles.
L’Ambassade, quant à elle, continuera à tout mettre en œuvre pour qu’ils soient dans les meilleures conditions possibles.

Le 1er juillet prochain est la date butoir pour l’obtention de la carte de séjour. Cette date coïncide avec la tenue des élections législatives au Sénégal et à l’extérieur. Etant entendu que vous allez organiser, ce jour, les élections ici à l’Ambassade, quelles dispositions prendrez-vous pour éviter à vos compatriotes d’être perturbés par l’effet de cette mesure ?
Votre remarque est très pertinente. Nous n’y avons même pas pensé. Mais, nous allons saisir les autorités mauritaniennes, pour leur faire comprendre que le 1er juillet est le jour où nous allons organiser les élections législatives sénégalaises. Elections auxquelles la communauté sénégalaise est appelée à prendre part. Et qu’il serait véritablement souhaitable que ce délai, exceptionnellement pour les Sénégalais, puisse être repoussé. Nous allons les saisir en ce sens.

Source : Le Quotidien (Sénégal)


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2021 MauriMedia. Tous droits réservés.