Le Maroc tourne son attention sécuritaire vers le sud

Le Maroc tourne son attention sécuritaire vers le sud

lundi 2 février 2015 à 15:06

La frontière mauritano-marocaine est une zone de prédilection pour les contrebandiers, raison pour laquelle elle est surveillée de si près par les deux pays.

L’armée marocaine a « élevé le niveau d’alerte à son plus haut point » à la frontière sud-est du royaume avec la Mauritanie, « en prévision d’éventuelles incursions d’éléments d’un réseau international de trafic de drogue », a indiqué Al Massae le 28 janvier.

Le « no-man’s land saharien s’étendant en territoire marocain et mauritanien » est surnommé « Kandahar », ajoute ce quotidien, au vu de la prévalence des acteurs criminels et de ceux qui les pourchassent.

Cette vaste région désertique est difficile à contrôler, reconnaît le spécialiste de la sécurité Abdou Ould Mohamed, mais les forces de sécurité répondent à ce défi.

« Avec l’émergence des mouvements jihadistes, la présence militaire est devenue de plus en plus importante », souligne-t-il. « En décembre dernier, l’armée mauritanienne a mené une opération d’envergure dans la zone de Bir Mogreen, avec une saisie de dix tonnes de cannabis et de cinq véhicules, et deux trafiquants tués. »

« Depuis 2010, l’armée mauritanienne a instauré des couloirs sécuritaires sur les frontières nord et est pour faire face aux infiltrations des groupes terroristes qui s’activent dans la zone et pour éradiquer les trafics en tous genres qui s’y développent », explique Ould Mohamed. « Cette stratégie, qui a permis de réduire le commerce et le trafic de drogue en Mauritanie, selon les services de sécurité, a été saluée à plusieurs occasions par des chefs d’Etat africains et européens. »

Selon Jidou Ould Sidi, journaliste spécialisé dans les affaires sécuritaires, la question est tout aussi essentielle pour la Mauritanie que pour le Maroc.

« En octobre 2014, la sécurité des frontières entre les deux pays était au centre de la visite du ministre mauritanien de l’Intérieur à Rabat. Les deux parties avaient convenu de renforcer leur coopération sécuritaire, notamment dans les domaines de la lutte contre le crime organisé transnational, le terrorisme, la migration clandestine et le trafic de drogue, ainsi que l’échange d’informations et d’expertise », souligne-t-il.

Il ajoute : « Le Maroc est très engagé sur ce volet concernant la sécurité des frontières. En novembre 2013, Rabat avait accueilli une conférence régionale pour le renforcement de la sécurité aux frontières entre les pays du Sahel et du Maghreb. »

« Le Maroc a aussi abrité, il y a quelques mois, une conférence régionale pour le renforcement de la sécurité aux frontières entre les pays du Sahel et du Maghreb et un sommet de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD) sur le même sujet », précise Ould Sidi.

A l’époque, Mbarka Bouaida, ministre délégué auprès du ministère marocain des Affaires étrangères, avait souligné « l’importance que revêt aussi bien la mise en place d’un mécanisme réunissant les pays de la région sahélo-saharienne que le renforcement de la coopération interrégionale entre les pays du Sahel, de l’Afrique de l’Ouest et du Maghreb ».

Source : Magharebia


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2017 MauriMedia. Tous droits réservés.