Le cheikh mauritanien Mohammed Ould Dedew explique comment battre sa femme dans l'islam : (...)

Le cheikh mauritanien Mohammed Ould Dedew explique comment battre sa femme dans l’islam : Trois coups avec la main sur le dos

mercredi 31 août 2016 à 12:15

Au septième chapitre de son émission de consultation religieuse à l’occasion du Ramadan, l’animateur pose à l’érudit mauritanien Cheikh Mohammed Ould Dedew la question de savoir si un mari peut « discipliner » sa femme par des coups. Cheikh Dedew répond par l’affirmative, expliquant comment et quand un homme peut battre sa femme et ses enfants. Selon lui, les coups devraient être le dernier recours et ne pas porter sur le visage ni être administrés dans un accès de colère. Et d’expliquer que l’homme doit battre sa femme avec la main trois fois sur le dos et ne pas recourir au fouet. Le chapitre consacré à la question du mariage a été mis en ligne sur la chaîne YouTube de Cheikh Dedew le 24 juin 2016.

Note : Le terroriste Adel Kermiche, l’un des tueurs de l’abbé Jacques Hamel, égorgé dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet 2015, avait déclaré être un élève du Cheikh Deddo. (1)

Extraits :

Animateur : Qu’en est-il de son droit à discipliner ? Un homme a-t-il le droit de discipliner sa femme et de la battre ?

Cheikh Mohammed Ould Dedew : Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux. Le mari est le gardien de la maison, et il doit y faire régner la parole d’Allah. Si l’un des membres de la famille viole la parole d’Allah, le mari se rend complice du péché, s’il ne l’empêche pas ou ne discipline la partie contrevenante. Si cela peut se résoudre par une mesure moins sévère, il ne doit pas recourir à des [coups]. S’il peut régler le problème par une réprimande, un mot ou un regard, cela suffit, mais sinon, il doit recourir à des mesures plus sévères. Oui.. [...]

Le mari est maître chez lui. Son autorité sur les membres de la famille inclut la discipline par les coups. Allah l’a dit.

Animateur  : N’y a-t-il pas de restrictions à ces coups disciplinaires ?

Cheikh Mohammed Ould Dedew : Tout est soumis à des restrictions. [Les coups] sont limités aux cas où l’une des interdictions d’Allah a été violée, et lorsque la femme et ses enfants ne peuvent être corrigés de toute autre manière. Une autre restriction est que les coups doivent correspondre à la gravité du crime et la taille du corps. Les coups doivent se conformer aux restrictions de la charia : pas sur le visage, pas dans un moment de colère, pas pour satisfaire son désir de vengeance… Selon certains juristes, la correction est limitée à trois coups. [...]

La correction consiste en trois coups sur le dos. Il doit frapper avec la main. Il ne peut utiliser un fouet. Il doit battre avec la main trois fois sur le dos, et pour chasser Satan, il doit prononcer le nom d’Allah à chaque coup. De cette façon, il chasse Satan hors d’elle.

Source : Memri.fr


(1) Cliquer ici pour en savoir plus

Adel Kermiche, l’un des tueurs de l’abbé Jacques Hamel, égorgé dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet 2015, utilisait les pseudos Abu Adam et Abu Jayyad. Dans l’un de ses messages, il disait donner des cours à la mosquée de Saint-Etienne-du-Rouvray, invitant ses followers dans la région à venir l’écouter.

Le 25 juillet 2016, un djihadiste français en ligne, surnommé Abou Jayyed Al-Hanafi, publiait un enregistrement audio en français sur Telegram, affirmant : “Dans très peu de temps, il y aura sur cette page des gros trucs. Vraiment, des gros gros gros trucs”. Il poursuiviait en rappelant à ses followers que les musulmans en France n’ont que deux options : immigrer dans un pays régi par l’islam ou mener des attaques sur le sol français. Il a aussi demandé à ses followers de prier pour qu’Allah facilite la réalisation de son projet.

Selon des informations publiées sur ses chaînes et comptes des réseaux sociaux, Abou Jayyed est un jeune Français ayant déjà été incarcéré en 2015. Il s’est radicalisé lors de son séjour en prison, et a étudié l’islam avec un religieux mauritanien, Mohammed Hassan Ould Deddo. Dans un de ses messages, il mentionne un voyage en Mauritanie après sa libération de prison. Depuis le 12 juin 2016, il a publié plus de 70 messages audio sur sa chaîne Telegram, qu’il a dénommés “Le djihad de A à Z”. Ses messages ont un contenu de nature religieuse : il répond à des questions qui sont en majorité liées aux règles du djihad et du combat armé.

Son allégeance première semble avoir été à Al-Qaida. A un certain moment, un débat a vu le jour entre les supporters de l’EI concernant Abou Jayyed, en raison de commentaires considérés comme pro-Al-Qaida.

Source : Memri.fr


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2017 MauriMedia. Tous droits réservés.