Le parti au pouvoir remporte tous les Conseils régionaux en Mauritanie

Le parti au pouvoir remporte tous les Conseils régionaux en Mauritanie

mardi 18 septembre 2018 à 14:47

Le parti au pouvoir en Mauritanie a remporté les 13 Conseils régionaux, qui ont remplacé le Sénat, ainsi que la majorité à l’Assemblée nationale et plus de deux tiers des communes, a annoncé la Commission électorale.

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Mohamed Vall Ould Bellal, a proclamé officiellement lundi les résultats du second tour des élections législatives, régionales et municipales qui s’est tenu samedi.

Il a confirmé la majorité absolue de 89 sièges sur 157 à l’Assemblée nationale remportée par le parti du président Mohamed Ould Abdel Aziz, l’Union pour la république (UPR). L’opposition dite « radicale » a remporté 29 sièges, dont 14 pour le parti islamiste Tewassoul, 10 autres revenant l’opposition dite « modérée ».

Après avoir obtenu quatre des 13 Conseils régionaux au premier tour, le 1er septembre, le parti au pouvoir s’est imposé au second tour dans les neuf restants, selon la Céni.

Sur 219 communes, 59 sont revenues à l’UPR au second tour, dont six des neuf de la capitale, Nouakchott, après 103 dès le premier tour.

Le parti islamiste Tewassoul, son principal challenger, n’a gagné que cinq communes, dont deux à Nouakchott, où il conteste la victoire de l’UPR dans celle d’Elmina, avec un écart de voix « infime », selon un membre de la Céni.

Le président de la Céni a reconnu des « lacunes et insuffisances » dans le déroulement des élections, citant le « non-respect des plafonds financiers par les partis en lice et le non-respect de l’incompatibilité entre certaines fonctions civiles et militaires et le travail politique et électoral ».

Les gens attendent de voter devant un bureau de vote à Nouakchott pour les élections législatives, régionales et locales, le 1er septembre 2018.

M. Ould Bellal a cependant salué un « vent de modernisme qui commence à souffler sur la scène politique nationale et l’émergence de choix politiques sur la base de critères rompant avec le conformisme de la société traditionnelle ».

La suppression du Sénat au profit de Conseils régionaux a été adoptée dans le cadre d’une révision constitutionnelle, par referendum en août 2017.

L’opposition radicale avait dénoncé un « passage en force » de M. Ould Abdel Aziz, la réforme ayant été rejetée par la voie parlementaire après son échec au Sénat, où le pouvoir était pourtant majoritaire.

Le président mauritanien a accusé de « trahison » les sénateurs opposés à la révision constitutionnelle. Des poursuites ont été engagées contre treize d’entre eux, ainsi que quatre journalistes et deux syndicalistes.’

Source : VOA Afrique avec AFP


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2018 MauriMedia. Tous droits réservés.