Litige Pétrolier entre le Sénégal et la Mauritanie : Les précisions de Macky Sall

Litige Pétrolier entre le Sénégal et la Mauritanie : Les précisions de Macky Sall

samedi 16 décembre 2017 à 09:31

Depuis quelques temps, de nombreux médias évoquent des tensions entre le Sénégal et la Mauritanie au sujet d’un conflit pétrolier. Ce lundi matin, le chef de l’Etat Sénégalais Macky Sall, présidant le Conseil présidentiel sur la politique économique et sociale, a réfuté les allégations relatives à ce supposé conflit frontalier entre les deux pays voisins.
« Dès qu’on parle de pétrole, les esprits sont tout de suite en alerte maximale. Il est important que vous (le ministre du Pétrole) donniez en temps utile les bonnes informations à l’opinion. Comme il y a beaucoup d’experts en tout. Où est-ce que nous en sommes sur l’évaluation des réserves, sur les relations avec la Mauritanie ? Je vois qu’il y a beaucoup d’écrits sur des choses qui n’ont rien à voir avec la réalité entre les deux pays, alors que tout se passe bien », a démenti le président de la République, comme le rapportent nos confrères de Dakaractu.

M. Mansour Elimane Kane, en sa qualité de ministre en charge du Pétrole, s’est voulu rassurant apportant quelques précisions : « Le gisement qui est à la frontière avec la Mauritanie sera un cas de succès. Parce qu’on nous a instruits de discuter avec les autorités mauritaniennes pour trouver des éléments de consensus qui seront la base des discussions. C’est un gisement très important aussi bien pour le Sénégal que pour la Mauritanie. Le deuxième plus grand gisement découvert durant ces dix dernières années (le premier c’est en Egypte) ».

Mansour Elimane Kane croit savoir que même si le partage se fait à 50 / 50, le Sénégal et la Mauritanie vont accéder à l’électrification universelle en 2025.

Ainsi, éclaire-t-il : « On a élaboré un accord gouvernemental pour voir comment travailler ensemble avec les pétroliers dans une coopération de gagnant-gagnant ».

A l’en croire, les aspects juridiques ont retardé la signature dudit accord. Car, il fallait recueillir l’approbation de la Banque mondiale et écarter tous les risques.

Le ministre Mansour Elimane Kane, sur ce registre toujours, qui donne rendez-vous pour l‘évaluation du bassin sénégalais, a informé que la capacité de production du seul puits de Sangomar est égale à celle du Gabon, qui est de 100 000 barils par jour. Avec les autres gisements, le ministre espère que le Sénégal sera « un pays émergent en 2035 »

Source : AfrikMag.com


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2018 MauriMedia. Tous droits réservés.