Mauritanie : Aziz s'en prend aux « rimeurivores »

Mauritanie : Aziz s’en prend aux « rimeurivores »

jeudi 17 mars 2016 à 16:10

L’économie Mauritanienne est en bonne santé a fait savoir le président mauritanien, Mohamed Abdel Aziz, en marge d’une visite de terrain à Nouakchott.

Le chef de l’Etat a vivement critiqué les « rimeurivores » qui font état de crise économique dans le pays. « La situation économique est excellente bien qu’elle ne soit pas au niveau des années précédentes en raison de la conjoncture que traverse l’économie mondiale », a-t-il concédé dans ce qui rassemble à une réponse du berger à la bergère.

Il y a quelques jours, l’opposition classique mauritanienne, regroupée derrière le Front national pour la démocratie (FNDU) a fustigé la gestion du pays en marge d’un meeting tenu à Néma, 1000 km à l’Est de Nouakchott.

Pour le chef de l’Etat mauritanien, son pays a pu s’adapter au ralentissement économique mondial. Aux yeux de l’homme fort de Nouakchott, la dépréciation des cours de matières premières dont la Mauritanie est fortement tributaire (1/3 du budget national) a été contenue. La mise en œuvre des stratégies à court terme à permis de faire face aux chocs exogènes.
Ould Abdel Aziz a également laissé entendre que malgré la cure d’amaigrissement (réduction des dépenses, optimisation des ressources, lutte contre la gabegie), aucun déséquilibre n’est constaté sur le budget de l’Etat entre les ressources et les dépenses.
Le président n’a pas manqué d’évoquer la question cruciale du dialogue politique qui reste d’actualité. Sur ce point, il a affirmé sans concessions, droit dans ses bottes, que ledit dialogue « reste à l’ordre du jour dans les mêmes conditions qu’auparavant ».

Ibrahima Dia

Source : FinancialAfrik


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2017 MauriMedia. Tous droits réservés.