Mauritanie : la validité de l'offre d'Orange pour le rachat des 51% de Mattel s'est (...)

Mauritanie : la validité de l’offre d’Orange pour le rachat des 51% de Mattel s’est achevée hier

jeudi 2 avril 2015 à 03:15

C’est hier, 31 mars, qu’a pris fin la période de validité de l’offre de 50 millions d’euros du groupe télécoms français Orange pour les 51% de Mattel en Mauritanie. Filiale de l’opérateur historique Tunisie Telecom, Mattel a toujours considéré l’offre d’Orange comme faible et exigeait plutôt 75 millions d’euros.

Orange, de son côté, à toujours refusé ce montant, expliquant qu’il devrait prendre le passif d’endettement de Mattel évalué à 25 millions d’euros, moderniser le réseau pour améliorer la qualité de service et rendre plus concurrentielle l’entreprise. En somme, c’est déjà plus de 75 millions d’euros qu’Orange estime qu’il dépensera pour Mattel.

Selon le site d’informations Kapitalis.com, une réunion entre les actionnaires de Mattel, des représentants mauritaniens et tunisiens s’est tenue au cours de la semaine dernière à Paris. Les différentes parties présentes auraient échangé sur deux points pour permettre l’entrée d’Orange dans le capital de l’entreprise : soit le retrait de l’un des actionnaires au profit du groupe, soit l’entente sur une nouvelle forme de partenariat.

Toujours est-il que pour l’instant, aucune information ne dit si les actionnaires de Mattel se sont décidés une fois pour toute sur les 50 millions d’euros proposés par Orange.

C’est par sa filiale Sonatel, présente dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, qu’Orange voudrait faire son entrée en Mauritanie. Le groupe devra alors livrer une rude bataille à Mauritel, la filiale du groupe Maroc Telecom, leader du marché.

Source : Agence Ecofin


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2017 MauriMedia. Tous droits réservés.