Mauritanie : pourquoi l'opposition a opté pour le boycott du référendum constitutionnel

Mauritanie : pourquoi l’opposition a opté pour le boycott du référendum constitutionnel

mardi 15 août 2017 à 15:09

L’opposition radicale s’était d’abord prononcée en faveur du non au référendum constitutionnel du 5 août, qui prévoyait une série de réformes (régionalisation, suppression du Sénat, modification du drapeau national).

Elle a fini par opter pour le boycott, faisant baisser le taux de participation à ce scrutin, où le oui l’a emporté à 85,67 %.

Un changement de pied dû, indirectement, à la rupture des relations diplomatiques de la Mauritanie avec le Qatar, que le président, Mohamed Ould Abdelaziz, a décidée le 6 juin, emboîtant le pas aux monarchies du Golfe.

La rumeur d’une interdiction de Tawassoul, dirigé par Jemil Ould Mansour (photo) et que l’on dit lié financièrement à Doha, avait alors enflé. De peur d’être dissoute, cette formation islamiste, jusque-là membre du camp des nonistes, a choisi une solution qui lui a semblé moins tranchante  : le boycott.

« Tawassoul étant la principale composante [70 000 membres revendiqués] de notre coalition, nous ne pouvions maintenir notre appel à voter non sans risquer de faire un score ridicule », explique un responsable de l’opposition. Cette dernière est donc devenue « boycottiste »…

Source : Jeune Afrique


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2017 MauriMedia. Tous droits réservés.