Moisson de César pour « Timbuktu » d'Abderrahmane Sissako

Moisson de César pour « Timbuktu » d’Abderrahmane Sissako

samedi 21 février 2015 à 20:35

Vibrant cri de résistance contre la terreur jihadiste dans le nord du Mali, le film du Mauritanien Abderrahmane Sissako a glané sept César, dont celui du meilleur film et du meilleur réalisateur. De bon augure avant les Oscars...

« Timbuktu » du réalisateur mauritanien Abderrahmane Sissako, chronique de la vie quotidienne dans le nord du Mali sous la coupe des jihadistes, a reçu le César du meilleur film, vendredi 20 février.

Éclairage lumineux sur l’extrémisme, qui trouve une résonance particulière dans l’actualité, cette production franco-mauritanienne est également en course pour l’Oscar du meilleur film étranger décerné dimanche. Sélectionné en compétition du dernier Festival de Cannes, le film était parti bredouille de la Croisette.

Sur la scène du théâtre du Châtelet, à Paris, le cinéaste a tenu à remercier la France, « pays extraordinaire, ouvert aux autres » et son pays, la Mauritanie, qui « a accepté de protéger son équipe ». « La France est un pays magnifique, parce qu’elle est capable de se dresser contre l’horreur, contre la violence, l’obscurantisme », a salué Abderrahmane Sissako, qui a également décroché le César du meilleur réalisateur, devenant le premier cinéaste africain à se voir attribuer cette récompense. « Il n’y a pas de choc des civilisations, ça n’existe pas. Il y a une rencontre des civilisations », a-t-il conclu.

« Saint Laurent » et « Sils Maria » boudés

Avec sept récompenses au total, « Timbuktu » restera comme le grand vainqueur de cette 40e cérémonie des César, où « Saint Laurent » de Bertrand Bonello et « Sils Maria » d’Olivier Assayas ont été quelque peu oubliés.

Le César du meilleur acteur a récompensé Pierre Niney, 25 ans, qui prête sa grâce fragile à Yves Saint Laurent dans l’autre biopic consacré au célèbre couturier français. Le jeune comédien a rendu hommage à Gaspard Ulliel, également nommé dans cette catégorie pour le film concurrent de Bertrand Bonello.

Adèle Haenel, 26 ans, a décroché le César de la meilleure actrice pour le film « Les Combattants » de Thomas Cailley, qui a également obtenu le César du meilleur premier film et celui du meilleur espoir masculin (Kévin Azaïs). Adèle Haenel interprète dans « Les Combattants » Madeleine, une jeune femme abrupte, rebelle et impulsive qui se prépare à l’apocalypse et veut rejoindre les commandos de l’armée.

Source : France 24 Avec AFP


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2017 MauriMedia. Tous droits réservés.