Ouadane, à l'heure du festival des villes anciennes de Mauritanie

Ouadane, à l’heure du festival des villes anciennes de Mauritanie

lundi 6 février 2012 à 09:22
JPEG - 101.3 ko
Le rempart de Ouadane vu des hauteurs de la vieille ville.
Laura Martel/RFI

Après Chinguetti en 2011, c’est à Ouadane que ce tient cette année la deuxième édition des festivals des villes anciennes de Mauritanie. Le président de la République a donné hier, dimanche 5 février 2012, le coup d’envoi des festivités. Une inauguration faite en présence des ambassadeurs de plusieurs pays européens, dont la France. Un symbole fort puisque Ouadane est classée en zone rouge, formellement déconseillée pour des raisons de sécurité, par le ministère français des Affaires étrangères.

Cent trois touristes en provenance de Paris assistent au festival. Ils sont venus à bord d’un avion spécialement affrété par le tour-opérateur Point Afrique, en collaboration avec le gouvernement mauritanien, qui a financé 80% du prix des billets.

C’est le premier avion à desservir la région touristique de l’Adrar depuis un an. La destination, plusieurs fois suspendue depuis 2008 et l’intensification de la menace terroriste, avait finalement été abandonnée, peu après la mort des deux Français enlevés par Aqmi au Niger.

Sur la carte du Quai d’Orsay, Ouadane est en zone rouge, formellement déconseillée. Revoir des touristes français dans les rues de la ville est donc un symbole fort, encore renforcé par la présence de l’ambassadrice des Etats-Unis et de plusieurs ambassadeurs européens, dont Hervé Besancenot, l’ambassadeur de France.

« Un mieux en matière de sécurité »

Depuis quatre ans, le gouvernement mauritanien a multiplié les efforts pour sécuriser la zone et inciter les touristes à revenir, rappelant notamment que la région n’a jamais été la cible d’attaques terroristes. « Incontestablement, on constate un mieux en matière de sécurité, affirme Hervé Besancenot. Je transmettrai tout ça aux autorités à Paris, mais l’évaluation sera faite en fonction de tout ce que nous savons, y compris ce qui se passe actuellement à la frontière avec le Mali, il peut y avoir des retombées négatives ».

Les autorités et les populations mauritaniennes, voient en tout cas sa présence comme une avancée vers leur objectif pour descendre le niveau de vigilance du rouge à l’orange. Les ambassadeurs tempèrent. « A ce stade, nos recommandations ne changent pas ». En effet, des personnels de l’ambassade qui souhaitaient venir au festival pour le week-end, se sont vus refuser leur demande.

Source : RFI


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2019 MauriMedia. Tous droits réservés.