Rapport de l'ONU sur la torture en Mauritanie : l'impunité reste la règle

Rapport de l’ONU sur la torture en Mauritanie : l’impunité reste la règle

dimanche 5 mars 2017 à 11:37

Le rapporteur spécial sur la torture des Nations unies a présenté jeudi 2 mars devant le Conseil des droits de l’homme à Genève son rapport sur la Mauritanie. Un rapport basé sur les observations faites lors d’une visite dans le pays en début d’année 2016. Selon l’ONU, les aveux des revenus sont le plus souvent obtenus sous la contrainte.

Premier constat, la situation s’est améliorée depuis les années 90. La Mauritanie a adopté une série de textes condamnant les actes de torture, mais ces pratiques n’ont pas pour autant disparu des geôles mauritaniennes.

Les témoins parlent de passages à tabac, de privations de sommeil, de personnes suspendues par les pieds. Obtenir des aveux sous la contrainte est une pratique généralisée selon le rapport.

Le plus souvent, les victimes sont celles suspectées d’actes de terrorisme, souvent soumises à des conditions de détention inhumaines. Le gouvernement affirme qu’elles ne sont pas concernées par les lois contre la torture. Le rapporteur se dit « troublé ».

Les migrants et personnes en situation irrégulière son également ciblés. Et le rapport s’alarme de discriminations ethniques dans le traitement des prévenus. Le gouvernement assure que la police a intégré la lutte contre le racisme et déplore que ne soient pas prises en compte les récentes améliorations concernant la surpopulation carcérale. Il souligne également les condamnations prononcées de certains membres des forces de sécurité. Mais pour l’ONU, dans les cas de torture, l’impunité reste la règle plutôt que l’exception.

Source : RFI


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2017 MauriMedia. Tous droits réservés.