Sahara occidental : le Maroc fera preuve « de retenue », mais achèvera une route (...)

Sahara occidental : le Maroc fera preuve « de retenue », mais achèvera une route contestée

lundi 12 septembre 2016 à 11:35

Le Maroc fera « preuve de retenue » face au Front Polisario à Guerguerat, dans le sud du Sahara occidental, mais y mènera à son terme la construction d’une route, « un objectif stratégique », a-t-on indiqué de source officielle marocaine. Cette localité est située dans le sud-ouest du Sahara occidental, un territoire sous le contrôle de Rabat depuis 1975 et revendiqué par les indépendantistes sahraouis du Front Polisario.

Le Maroc est prêt « à faire face à toute agression », mais « parallèlement (...) fera preuve de retenue et reste attaché au respect du cessez-le-feu », a déclaré Omar Hilale, ambassadeur du Maroc à l’Onu, à l’agence officielle MAP à l’issue d’une réunion de consultations vendredi du Conseil de sécurité sur cette localité frontalière de la Mauritanie.

La situation dans la région de Guerguerat est « tendue » selon l’Onu, qui a déployé des observateurs sur place et redoute « une reprise des hostilités, avec un risque d’implications régionales ». Le Maroc a entamé des travaux de construction d’une route et le Polisario « s’y oppose », toujours d’après l’ONU.
Ce face-à-face se déroule au-delà du mur de défense, une barrière de sable bâtie par le Maroc sur près de 2.500 kilomètres.

Le Maroc a expliqué au Conseil de sécurité « que les travaux qu’il mène à Guerguerat sont éminemment civils et limités dans le temps, et ce jusqu’à la finalisation de la construction de la route », selon M. Hilale.
« Cet objectif est stratégiquement sécuritaire », a-t-il souligné, expliquant qu’il s’agissait d’un « petit tronçon de 3,5 km qui était un espace de non droit et où s’activaient tous les trafiquants de petites armes, d’êtres humains, de drogues et de voitures ».

« La seconde phase de cette opération, consistant en le nivelage et l’asphaltage de cette route est terminée aux deux tiers », a-t-il précisé. Elle a « été menée en consultations avec les autorités mauritaniennes et en interaction avec la Minurso (mission des Nations unies au Sahara occidental) », a affirmé M. Hilale, assurant que son pays en avait « notifié » l’Onu « 24 heures après son lancement ».

Selon un document confidentiel de l’Onu transmis fin août au Conseil de sécurité, le Maroc et le Polisario ont tous deux violé l’accord de cessez-le-feu de 1991 en déployant des hommes armés dans cette zone.
L’ambassadeur marocain a mentionné avoir saisi l’Onu sur le démantèlement jeudi dans cette zone « d’un réseau international de trafic de drogue », avec l’implication d’éléments du Polisario" liés « aux groupes terroristes opérant au nord du Mali ».

M. Hilale a par ailleurs indiqué que le Maroc « avait été saisi d’une demande » de Christopher Ross, l’envoyé spécial du secrétaire général de l’Onu, pour effectuer une tournée dans la région. « Notre réponse a été claire. Le contexte actuel n’est pas idoine pour une pareille visite », alors que « le Maroc est en pleine campagne électorale pour les législatives (7 octobre) et qu’il y aura, juste après, un nouveau gouvernement », a-t-il souligné.

AFP


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2017 MauriMedia. Tous droits réservés.