Un opposant mauritanien critique l'attitude de l'UA face aux crises

Un opposant mauritanien critique l’attitude de l’UA face aux crises

lundi 10 novembre 2014 à 07:05

Me Lô Gourmo Abdoul, professeur de droit et vice-président de l’Union des Forces de Progrès (Ufp-opposition), critique vivement l’attitude de l’Union africaine (Ua) au sujet de la crise du Burkina Faso, pays dans lequel le régime du Président Blaise Compaoré a été chassé du pouvoir le 31 octobre, suite à des journées d’émeutes provoquant l’échec d’une tentative de modification constitutionnelle dont l’objectif était de faire sauter le verrou de la limitation des mandats, dans une contribution reçu dimanche par la PANA.

Citant le Lt-colonel Yacouba Issac Zida, chef autoproclamé d’une période « de pré transition » l’opposant mauritanien écrit « l’Union africaine (Ua), aurait pu, à des moments cruciaux de la vie du pays, témoigner sa fraternité au peuple burkinabè, mais elle n’a pas été à la hauteur ».
Me Lô commente ces propos en ces termes : « Ce jugement terrible est pourtant tout à fait pertinent, quoiqu’on puisse penser de la vaine tentative de son auteur d’imposer une transition militaire rejetée par le peuple ».

En effet, « l’Ua n’a jamais cessé d’élaborer des règles toutes plus impératives les unes que les autres pour condamner la dictature et réclamer la démocratie pluraliste notamment par le respect des élections libres, démocratiques et transparentes, comme seule voie pour accéder et se maintenir au pouvoir ».

Mais dans les faits, Me Lo accuse l’Organisation panafricaine « d’encourager la dictature et de jeter le discrédit sur les élections à travers le continent par un opportunisme devenu légendaire, l’irresponsabilité de ses experts électoraux, le silence coupable face au déni des droits et aux manipulations électorales massives d’un pays à l’autre.

"Tant que règnent les dictateurs, ceux-ci sont non seulement fréquentables pour elle-même, mais constituent l’ossature de son combat pour la paix et la sécurité.

« Le scenario est partout le même : dès la chute du dictateur par la lutte du peuple, ces messieurs et dames de l’Ua se présentent avec leurs costumes surfaits pour donner des leçons et tenter d’imposer des calendriers souvent dictés par d’autres chancelleries », déplore-t-il.

Avec un coup dans le rétroviseur, le vice-président de l’Ufp rappelle :« Il est frappant de constater comment l’Ua continue d’observer un silence de mort dans l’immense majorité des cas où elle s’est impliquée de force dans le règlement des crises en jouant de son prestige naturel et de la confiance que la classe politique de nombre de pays concernés lui a accordé sans trop de précautions et même avec beaucoup de naïveté.  » Comme ce fut le cas en Mauritanie, lorsque feu Kadhafi, abusant de sa position dominante dans l’Ua, en connivence avec la France de Sarkozy et d’autres pays, imposa un traitement spécial de la crise fondé sur la violation pure et simple des normes africaines et internationales interdisant toute participation des auteurs de coups d’Etat à une élection de restauration de l’ordre constitutionnel ».

Me Lo invite l’Ua « à appliquer ses règles, toutes ses règles, qui imposent à ses membres le respect des normes démocratiques, l’Etat de droit et la bonne gouvernance, ou poursuivre son insolent mépris pour les mêmes règles en ces matières ».

En ne réagissant pas face au tripatouillage des constitutions « l’Ua peut effacer la démocratie de son agenda et garder le silence à jamais » conclut-il.

Source : Panapress


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2017 MauriMedia. Tous droits réservés.