Accueil > Actualités > A la Une > Le gouvernement mauritanien décidé à régler les problèmes des réfugiés rapatriés

Le gouvernement mauritanien décidé à régler les problèmes des réfugiés rapatriés

mercredi 21 mai 2014


Les représentants des rapatriés se sont fait l’écho d’un engagement ferme pris par le président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Le président Mohamed Ould Abdel Aziz avait reçu en audience dimanche dernier, au cours d’une visite dans la ville d’Aleg (250 kilomètres au sud-est de Nouakchott), 11 délégués parmi 114 individus ayant fait une marche de plus de 300 kilomètres les ayant menés de la vallée du fleuve Sénégal à Nouakchott. Celle-ci, rappelle-t-on, avait été violemment dispersée dans la capitale par les forces de l’ordre. "À l’occasion de la rencontre avec le président de la République, celui-ci a pris l’engagement de régler rapidement les questions liées à l’accès aux documents d’état civil et de trouver une solution graduelle pour les autres problèmes", a expliqué le secrétaire général de l’Union nationale des Mauritaniens rapatriés du Sénégal (UNRMRS), Amadou Sow. En plus de l’accès aux documents d’état civil, les anciens réfugiés revendiquent la restitution des terres expropriées lors des expulsions massives de 1989 et des infrastructures éducatives et de santé sur les sites de recasement.
24 536 réfugiés ont été rapatriés entre janvier 2008 et mars 2012

Pour rappel, après les affrontements ethniques qui ont fait plusieurs centaines de victimes de part et d’autre du fleuve Sénégal, frontière naturelle entre la Mauritanie et le Sénégal, plusieurs dizaines de milliers de Mauritaniens issus de la communauté négro-africaine ont été rapatriés vers le Sénégal à partir de la fin du mois d’avril 1989. Sur la base d’un accord tripartite signé entre les gouvernements mauritanien, sénégalais et le Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR), 24 536 réfugiés ont été rapatriés vers la Mauritanie par vagues successives entre le 28 janvier 2008 et le 31 mars 2012. Ces populations ont été accueillies sur 118 sites répartis dans 5 régions de la vallée du fleuve Sénégal, et même parfois plus au nord.

Source : Le Point (France)