Accueil > Actualités > A la Une > Maroc-Mauritanie : La présence d’un conseiller de Ould Abdel Aziz (...)

Maroc-Mauritanie : La présence d’un conseiller de Ould Abdel Aziz annonce-t-elle un réchauffement des relations ?

dimanche 27 juillet 2014


Après presque trois années de tension, ponctuées par de crises diplomatiques et commerciales, Rabat et Nouakchott pourraient s’acheminer vers une normalisation. La présence au Maroc d’un conseiller du président Mohamed Ould Abel Aziz est un signe positif. Un Mauritanien a assisté, hier à Oujda, à la sixième et dernière causerie religieuse durant ce mois de Ramadan. Il ne s’agit pas d’un religieux comme on pourrait l’imaginer pour ce type d’évènement, mais d’un conseiller du président Mohamed Ould Abdel Aziz, en charge des affaires islamiques. Il s’agit de Ahmed Ben Ahl Daoud, nommé à ce poste en mars 2013, et qui est venu saluer le roi Mohammed VI.

Une présence hautement symbolique et révélatrice puisque cet homme n’aurait pas pris l’avion à destination du royaume sans l’aval du chef de l’Etat mauritanien. Le précédent de l’épisode du retard dans la publication du message de félicitation du souverain au président Aziz en est bien la preuve.

Un proche du président envoyé à Mohammed VI

L’arrivée au Maroc de ce responsable, également expert international en mouvements terroristes, pourrait donc ouvrir la voie vers une normalisation des relations entre Rabat et Nouakchott, après presque trois années de tension diplomatiques et commerciales. Une présence qui donnent un peu plus de crédit aux informations relayées par des médias chez le voisin du sud faisant état, début juillet, d’une visite du roi Mohammed VI en Mauritanie, à l’occasion de la cérémonie d’investiture du président, prévue le 2 août.

Ahmed Ben Ahl Daoud est, par ailleurs, présenté par la presse locale comme étant très proche de Ould Abdel Aziz. Il l’accompagne souvent dans ses déplacements à l’intérieur du pays comme à l’étranger, notamment dans les pays arabes. C’est justement cette proximité qui est à l’origine de sa nomination en tant que conseiller à la présidence en mars 2013, soit sept mois après son limogeage fracassant du cabinet du ministre des Affaires islamiques. Alors qu’il était chargé de l’enseignement fondamental, il avait fait des déclarations à une radio locale entièrement en faveur du maintien de l’esclavagisme en Mauritanie. Des propos qui avaient suscité de vives réactions de la part des associations des droits de l’Homme.

Le Maroc libère le fils d’un ancien président mauritanien condamné pour trafic de drogue

Autre signe de réchauffement, le royaume a extradé, ce jeudi, vers la Mauritanie, Sidi Mohamed Ould Haidallah, l’ancien fils du président Khouna Ould Haidallah, condamné en 2007 à sept de prison pour trafic de drogue international. La mesure constitue une surprise, sachant que le 13 juillet, l’intéressé a été informé de la prolongation de son incarcération pour une année supplémentaire suite à son refus de payer une amende de 5,8 milliards de dh.

Cette extradition serait-elle liée à la venue du conseiller du président ? Elle intervient en tout cas le jour même de son arrivée au royaume. Le père de l’ex-détenu a soutenu Ould Abdel Aziz lors des présidentielles de juin dernier. Dans une déclaration lue en mars dernier, il avait salué l’action du général, estimant qu’il « a derrière lui une grande partie de la population grâce aux réalisations concrètes qu’il a réalisé en très peu de temps et que le pays était en chantier ».

Source : Yabiladi (Maroc)