Mauritanie : pouvoir et opposition toujours en quête de dialogue

Mauritanie : pouvoir et opposition toujours en quête de dialogue

vendredi 4 avril 2014 à 13:11

En Mauritanie, opposition et pouvoir n’ont toujours pas réussi à s’entendre sur les modalités d’une réunion préparatoire à un futur dialogue en vue de l’organisation d’une élection présidentielle consensuelle d’ici l’été. Mardi et mercredi, trois coalitions politiques ont tenté de discuter, mais l’une d’elles, le Forum pour l’unité et la démocratie, a jugé que les conditions n’étaient pas réunies, même pour une réunion préliminaire.

Ce que réclame en particulier l’opposition regroupée au sein du Forum pour l’unité et la démocratie, c’est qu’un représentant du gouvernement accompagne les discussions. Mercredi 2 avril, le ministre de la Communication était bien présent, mais il n’a prononcé qu’un discours d’ouverture, ce qui était contraire aux promesses, dit l’opposition. « Nous n’excluons pas les partis, mais nous avons besoin d’un représentant de l’exécutif. C’est lui qui doit rendre des comptes, explique Kane Hamidou Baba, responsable de la délégation du Forum à ces réunions préliminaires. Nous avons demandé au pouvoir d’envoyer un signal pour montrer, justement, sa sincérité et pour arriver véritablement au dialogue. Or, pour nous, le sérieux, la sincérité et le signal ne peuvent se traduire que par la présence du gouvernement, parce que c’est lui qui est à l’origine à la fois des décisions unilatérales, des reports unilatéraux et c’est lui qui est à l’origine également du blocage. »

Kane Hamidou Baba dit aujourd’hui douter de la volonté réelle du pouvoir d’aller vers un dialogue. « Notre implication est sincère », répond le président du groupe parlementaire de l’Union pour la République (UPR, le parti présidentiel), Mohamed El Mokhtar Ould Zamel, arguant du besoin de l’UPR d’aller aux élections dans un climat apaisé. « Nous, nous sommes preneurs et nous sommes demandeurs à ce qu’on crée les conditions les plus claires possibles pour qu’il y ait une élection sans équivoque, pour qu’on ancre un peu plus la démocratie dans notre pays, pour que, demain, celui qui gagnera soit félicité par ceux qui ont perdu les élections ». L’opposition, elle, ne parle pas encore de perdant ou de gagnant. Tout doit encore pouvoir être discuté, sans tabou, dit-on au sein du Forum, y compris le calendrier électoral.

Source : RFI


Version imprimable Version imprimable



Ajouter un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Copyright© 2011-2019 MauriMedia. Tous droits réservés.