Accueil > Actualités > Economie > La bourse mauritanienne pourrait offrir des produits financiers islamiques

La bourse mauritanienne pourrait offrir des produits financiers islamiques

samedi 25 janvier 2014


Au cours d’un récent discours, Sid’Ahmend Ould Raiss, le gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie a indiqué, que le marché financier qui sera prochainement opérationnel dans ce pays offrira des services de finance islamique à côté des produits financiers traditionnels.

Une déclaration qui coïncide avec la volonté des autorités mauritanienne de développer la finance islamique dans ce pays qui, comme beaucoup d’autre en Afrique, fait face à un déficit de financement de son économie sur le long terme. « Une stratégie en vue du développement de la finance islamique est en cours de préparation. Elle examinera les différents leviers en vue de promouvoir et de revitaliser le plein potentiel du secteur », a fait savoir M. Raiss

La Mauritanie qui est peuplée d’un peu plus de 3,2 millions d’habitant est riche en ressources minières, dont le fer, le cuivre et l’or. En 2013, elle a affiché une croissance de 6,3% de son produit intérieur brut. Pourtant les banques locales ont du mal à accorder des financements aux projets de long terme.

Le projet de réforme du secteur financier en Mauritanie devrait débuter dès ce premier semestre 2014. Si, finalement, la finance islamique, appréciée pour son absence d’usure, était adoptée, le pays rejoindrait d’autres en Afrique subsaharienne comme le Nigéria ou Djibouti qui ont déjà fait le pas.

Dans le cadre de projet d’émission d’obligations pour l’année 2014, le Sénégal envisage de recourir pour 100 milliards de FCAF aux obligations sukuks (islamiques) et, au Maroc, on a récemment appris qu’un projet de loi avait été proposé au parlement par le gouvernement, pour profiter d’un marché de capitaux qui, en 2013, était de 1,7 trillions $, selon Ernst & Young.

(Agence Ecofin)