Accueil > Actualités > A la Une > Le gouvernement mauritanien justifie l’expulsion des militants des droits (...)

Le gouvernement mauritanien justifie l’expulsion des militants des droits civiques américains

jeudi 14 septembre 2017


La visite en Mauritanie de la délégation de militants de droits civiques américains, programmée du 8 au 15 septembre 2017, violait la constitution du pays, a révélé le ministre de la culture et de l’artisanat et porte-parole du gouvernement mauritanien, Mohamed, Lemine Ould Cheikh.

Expulsée vendredi dernier par les autorités mauritaniennes à l’aéroport Oumoutounsi de Nouakchott, cette délégation avait « un programme de
visite qui consacre le sectarisme dans la société mauritanienne », a précisé Ould Cheikh dans une conférence de presse, jeudi à Nouakchott.
Une douzaine de militants américains ont annoncé vouloir s’enquérir des efforts déployés pour l’éradication de l’esclavage et ses séquelles en Mauritanie.

Mais pour le porte-parole du gouvernement mauritanien, il « n’est pas permis de soulever une question nationale commune d’un seul point de
vue ».

Il a précisé que le programme de la délégation américaine se limitait à une seule couche de la société.

Ould Cheikh a également dit que les militants en question, ont refusé de modifier suffisamment leur programme et que le gouvernement mauritanien a informé l’ambassade américaine à Nouakchott de l’interdiction d’entrée.
La Mauritanie a officiellement aboli l’esclavage en 1980 et l’a incriminé et réprimé par une loi en 2007 avant de le classer « crime contre l’humanité » et de le qualifier « d’imprescriptible » par une autre loi en 2015.

Source : APA